/news/politics

Employés en santé et en éducation: «ces gens-là sentent qu’ils n’ont pas de voix»

Les travailleurs du milieu de la santé et de l’éducation vivent un stress immense en raison de la pandémie et «sentent qu’ils n’ont pas de voix», déplore Marc Ranger, le directeur québécois du Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP). 

• À lire aussi: Importante révision des salaires à Investissement Québec

En entrevue à LCN, il donne en exemple le cas de sa femme qui travaille en CHSLD et qui est revenu à maison en pleurant «parce qu’elle avait vu des personnes âgées qui sont mortes dans des situations qui n’étaient pas toujours évidentes parce qu’ils n’ont pas eu droit aux soins intensifs». 

M. Ranger soutient que ces employés «ont été traumatisés». 

Le directeur québécois du SCFP se dit «profondément choqué de voir que cette réalité-là n’est pas comprise et entendue» par le gouvernement. 

Il a d’ailleurs publié une vidéo, sur la page Facebook de la Fédération des travailleurs du Québec (FTQ) dans laquelle, les larmes aux yeux, il parle de la situation des travailleurs. 

Marc Ranger en profite pour souligner que malgré le fait que les employés «se sentent traités profondément injustement», ils répondent pourtant présents dans les établissements de santé et les écoles.  

Les secteurs de la santé et de l’éducation sont en négociation avec le gouvernement depuis environ un an. 

L’adoption par le conseil des ministres d’une nouvelle politique de rémunération chez Investissement Québec (IQ), mercredi, a fâché le directeur québécois du SCFP. 

Voyez l’entrevue complète de Marc Ranger dans la vidéo ci-dessus.